Naviguer "Engagements militaires"

Article

Le Canada et la bataille de Hong Kong

Hong Kong est le théâtre de la première bataille terrestre à laquelle prennent part des Canadiens pendant la Deuxième Guerre mondiale. Du 8 au 25 décembre 1941, près de 2 000 soldats de Winnipeg et de Québec, déployés à Hong Kong en ne s’attendant qu’à un simple service de garnison, se battent courageusement contre la puissance écrasante d’une force d’invasion japonaise. À la capitulation de la colonie britannique, le jour de Noël, on dénombre 290 Canadiens tombés au combat. Au cours des quatre années qui suivent, 264 autres meurent en raison des conditions inhumaines qui règnent dans les camps de prisonniers de guerre japonais.

Article

Bataille des Hauteurs-de-Queenston

La bataille des Hauteurs-de-Queenston se tient le 13 octobre 1812 durant la guerre de 1812. L’un des affrontements les plus célèbres de la guerre, la bataille des Hauteurs-de-Queenston est un combat pour prendre le contrôle d’une portion de l’escarpement du Niagara qui surplombe Queenston où plus de 1 000 soldats américains envahissent le Haut-Canada. Une partie des forces américaines atteint le sommet, encercle l’artillerie britannique et chasse les Anglais des hauteurs. Le général Isaac Brock, l’un des chefs militaires britanniques les plus respectés de l’époque, meurt durant la contre-attaque. Les chefs mohawks John Norton et John Brant ainsi que quelque 80 guerriers haudenosaunee et delaware empêchent les Américains d’avancer durant des heures, le temps que les renforts arrivent et que les Anglais puissent conserver cet avant-poste crucial.

Article

Lieu historique national du Canada de la Bataille-des-Hauteurs-de-Queenston

Le lieu historique national de la Bataille-des-Hauteurs-de-Queenston commémore une bataille qui s'est déroulée le 13 octobre 1812, lorsque l'armée britannique et la milice canadienne, appuyées de leurs alliés des Premières nations, ont repoussé une invasion de l'armée américaine sur l'escarpement du Niagara, lequel surplombe le village de Queenston.

Article

Bataille du Moulin-à-Vent

La bataille du Moulin-à-Vent (Battle of the Windmill) s’inscrit dans une série de raids menés à la frontière canadienne à l’été et l’automne 1838 par les Loges des chasseurs, une société secrète mise sur pied par des rebelles canadiens réfugiés dans le nord des États-Unis après l’échec des rébellions de 1837. Plusieurs milliers d’Américains joignent ce mouvement qui vise à pousser la Grande-Bretagne et les États-Unis à la guerre afin de libérer les provinces canadiennes de la tyrannie britannique. La bataille du Moulin-à-Vent se déroule du 12 au 16 novembre 1838 à proximité de Prescott, au Haut-Canada, et se solde par la défaite des envahisseurs américains. Un mois plus tard, la bataille de Windsor met fin aux incursions américaines et aux rébellions canadiennes.

Article

Bataille de Saint-Charles

Le matin du 25 novembre 1837, 2 jours après la défaite de Francis Gore à la bataille de Saint-Denis et sa retraite sur Sorel, les troupes du colonel Wetherall (environ 350 soldats) quittent Saint-Hilaire et se dirigent vers le camp du manoir Debartzch et les retranchements environnants au sud du village de Saint-Charles.

Article

Bataille de Plattsburgh

La bataille de Plattsburgh (parfois appelée bataille du lac Champlain) fut à la fois une bataille terrestre et navale, marquée par l'invasion du Nord de l'État de New York; elle fut également la dernière grande opération britannique de la guerre de 1812 (exception faite des batailles qui eurent lieu après la signature du Traité de Gand) et elle est surtout connue pour avoir été un véritable fiasco militaire.

Article

Bataille de Frenchman's Butte

Le 28 mai 1885, durant la Rébellion du Nord-Ouest, l'Alberta Field Force, sous le commandement du général Thomas B. Strange, livre une bataille contre les Cris, menés par leur chef de guerre, Wandering Spirit (pendu à Battleford, le 27 novembre 1885, pour son rôle dans le massacre du lac Frog).