Canadiens noirs et africains | l'Encyclopédie Canadienne

Naviguer "Canadiens noirs et africains"

Afficher 16-30 de 59 résultats
  • Article

    Infirmières de la Croix-Noire au Canada

    Les infirmières de la Croix-Noire est un groupe auxiliaire destiné aux membres féminins de la Universal Negro Improvement Association (UNIA). Ce groupe est calqué sur les infirmières de la Croix-Rouge. Le premier chapitre est lancé à Philadelphie en mai 1920. Sous la direction de Henrietta Vinton Davis, les infirmières de la Croix-Noire deviennent rapidement l’un des groupes auxiliaires les plus populaires et les plus emblématiques de la UNIA. Puisqu’ils offrent un espace sécuritaire et invitant pour la communauté noire, les locaux de la UNIA deviennent d’importants lieux culturels dans plusieurs villes partout au Canada, où des divisions des infirmières de la Croix-Noire sont mises sur pied. Même si elles n’ont pas suivi de formation professionnelle, les infirmières de la Croix-Noire doivent offrir des soins et des conseils en matière de santé et d’hygiène.

    "https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/new_article_images/BlackCrossNurses/Black Red Cross march, Harlem , 1924 by James Van der Zee.jpg" // resources/views/front/categories/view.blade.php
    
    https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/new_article_images/BlackCrossNurses/Black Red Cross march, Harlem , 1924 by James Van der Zee.jpg Infirmières de la Croix-Noire au Canada
  • Article

    Jeremiah Jones

    Jeremiah « Jerry » Alvin Jones, soldat, fermier et camionneur (né le 30 mars 1858 à East Mountain, en Nouvelle-Écosse ; décédé le 23 novembre 1950 à Halifax, en Nouvelle-Écosse). Jeremiah Jones est un soldat canadien noir ayant participé à la Première Guerre mondiale. En 1916, lorsqu’il s’est enrôlé dans l’armée et a été affecté au 106e bataillon, il était âgé de 58 ans (13 ans au-dessus de l’âge limite). En 2010, 60 ans après sa mort, il a reçu le Médaillon des Forces canadiennes pour service distingué pour ses actions héroïques lors de la bataille de la crête de Vimy.

    "https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/Twitter_Cards/Jeremiah jones.jpg" // resources/views/front/categories/view.blade.php
    
    https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/Twitter_Cards/Jeremiah jones.jpg Jeremiah Jones
  • Article

    Joseph Lewis

    Joseph Lewis, aussi appelé Levi Johnston, Lewes et Louis, négociant de fourrures (né vers 1772–1773 à Manchester, dans le New Hampshire; mort en 1820 dans le district de Saskatchewan). Joseph Lewis était un négociant de fourrures noir, originaire des États-Unis, qui a participé aux débuts de l’expansion de l’industrie de la fourrure à la fin du 18e et au début du 19e siècles. Il est une des rares personnes noires engagées dans la traite des fourrures dont le nom est attesté dans les sources. Joseph Lewis est aussi le premier Noir à avoir vécu dans le territoire actuel de la Saskatchewan et, vraisemblablement, en Alberta.

    "https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/new_article_images/BlackFurTraders/Le_Code_Noir_1742_edition.jpg" // resources/views/front/categories/view.blade.php
    
    https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/new_article_images/BlackFurTraders/Le_Code_Noir_1742_edition.jpg Joseph Lewis
  • Article

    Jully Black

    Jully Ann Inderia Gordon, chanteuse, compositrice, actrice, femme de télévision (née le 8 novembre 1977 à Toronto, en Ontario). Jully Black est connue comme étant la « reine canadienne du R&B ». En 2013, CBC Music l’a nommée dans sa liste des 25 plus grands interprètes canadiens de tous les temps. Sa voix riche d’alto empreinte d’âme a été comparée à celles de Tina Turner et d’Amy Winehouse. Elle a remporté un prix Juno sur dix nominations et a écrit des chansons pour Destiny’s Child, Nas, Sean Paul et Missy Elliot, entre autres. Elle a également créé sa propre compagnie d’enregistrement, de gestion et d’édition, ainsi que sa propre entreprise d’entraînement physique. Jully Black a joué sur scène dans une production torontoise de la pièce de trey anthony « da Kink in my Hair, ainsi que dans la pièce Caroline, or Change de Tony Kushner et Jeanine Tesori; cette dernière lui a valu un Dora Award en 2020. Elle est également animatrice de télévision, de radio et une juge invitée très populaire. Elle a été intronisée à l’Allée des célébrités canadiennes en 2021.

    "https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/media/b6a32a48-ba61-430f-ae45-d0a981b72a89.jpg" // resources/views/front/categories/view.blade.php
    
    https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/media/b6a32a48-ba61-430f-ae45-d0a981b72a89.jpg Jully Black
  • Article

    Junius Lyman Edward Hokan

    Junius Lyman Edward Hokan, pilote (né le 4 mars 1922, à St. Catharines, en Ontario; décédé le 26 septembre 1942, dans la Manche). Junius Hokan a probablement été le premier officier commissionné et pilote de chasse canadien noir dans l’ Aviation royale canadienne (ARC). Il a servi son pays avec distinction au cours de la Deuxième Guerre mondiale, avant d’être tué lorsque son avion s’est écrasé, sur le chemin du retour en Angleterre, après une mission.

    "https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/BlackPilots/Hokan-redone.jpg" // resources/views/front/categories/view.blade.php
    
    https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/BlackPilots/Hokan-redone.jpg Junius Lyman Edward Hokan
  • Article

    Kay Livingstone

    Kathleen (Kay) Livingstone (née Jenkins), organisatrice et militante, animatrice radio, actrice (née le 13 octobre 1919 à London, en Ontario; décédée le 25 juillet 1975). En 1951, Kay Livingstone fonde la Canadian Negro Women’s Association et en 1973, elle organise le premier congrès des femmes noires du Canada. Animatrice radio et actrice de renom, Kay Livingstone dévoue une bonne partie de sa vie et de son énergie au militantisme et à l’organisation. Son travail acharné pour encourager la tenue d’une discussion nationale autour de la position des citoyens racialisés dans la société, en particulier des femmes noires, pousse Kay Livingstone à inventer l’expression minorité visible en 1975.

    "https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/new_article_images/KayLivingstone/2018_Black_History_Kay_Livingstone_Stamp.jpg" // resources/views/front/categories/view.blade.php
    
    https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/new_article_images/KayLivingstone/2018_Black_History_Kay_Livingstone_Stamp.jpg Kay Livingstone
  • Article

    L’histoire des Noirs au Canada : de 1960 à aujourd'hui

    Les Noirs vivent au Canada depuis le 17e siècle. Certains des premiers arrivants étaient des personnes réduites en esclavage, amenées de ce que l’on appelle aujourd’hui les États-Unis d’Amérique ou des Antilles. Du 18e siècle aux années 1960, la plupart des immigrants noirs du Canada fuyaient l’asservissement et/ou la discrimination aux États-Unis. Depuis, des changements apportés à la politique d’immigration du Canada ont entraîné un afflux d’immigrants des Antilles et de l’Afrique. Lors du recensement canadien de 2016, 1,2 million de personnes ont déclaré être noires. Selon Statistique Canada, les Canadiens noirs formaient environ 3,5 % de la population totale, et 15,6 % de la population racialisée en 2016. Malgré les défis constants, incluant la discrimination et le racisme systémique, les Canadiens noirs ont excellé dans des secteurs et des industries partout au pays.

    "https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/media/95878d01-d5fa-4ee5-b2a4-24d37723a566.jpg" // resources/views/front/categories/view.blade.php
    
    https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/media/95878d01-d5fa-4ee5-b2a4-24d37723a566.jpg L’histoire des Noirs au Canada : de 1960 à aujourd'hui
  • Article

    L’Histoire des Noirs au Canada (résumé)

    Cet article est un résumé de l’histoire des Noirs au Canada. Pour en savoir plus sur le sujet, veuillez consulter nos articles sur les Canadiens noirs, L’histoire des Noirs au Canada : de 1960 à aujourd'hui, les Afro-Canadiens et les Canadiens d’origine antillaise.

    "https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/media/be13527b-b76d-408a-afca-30acbd4f7bfc.png" // resources/views/front/categories/view.blade.php
    
    https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/media/be13527b-b76d-408a-afca-30acbd4f7bfc.png L’Histoire des Noirs au Canada (résumé)
  • Article

    Le Coloured Corps : les Afro-Canadiens et la guerre de 1812

    Le Coloured Corps (également connu comme le Corps d’hommes de couleur du capitaine Runchey ou le Corps d’hommes noirs) est une compagnie de milice formée d’hommes noirs, active au cours de la guerre de 1812.

    "https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/media/ee6791f8-0e4e-40a0-b993-ad09823228ad.jpg" // resources/views/front/categories/view.blade.php
    
    https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/media/ee6791f8-0e4e-40a0-b993-ad09823228ad.jpg Le Coloured Corps : les Afro-Canadiens et la guerre de 1812
  • Liste

    Les athlètes canadiens noirs pionniers

    Le succès sportif, nous dit-on, nécessite du courage et de la détermination. Avec ces forces, un athlète peut surmonter n’importe quel obstacle et, s’il est assez bon, devenir le meilleur dans sa discipline, peu importe les défis qui s’imposent. Mais qu’en est-il si l’objectif n’arrête pas d’être déplacé? Qu’en est-il si les lignes d’arrivée sont tracées plus loin, les obstacles mis plus haut et les fenêtres d’opportunité scellées? Les athlètes de cette exposition ne sont pas seulement les meilleurs dans leurs domaines, mais ils sont parmi les meilleurs de l’histoire. Ils étaient les sprinters les plus rapides, les patineurs les plus agiles, les frappeurs les plus robustes et, dans plusieurs cas, les premiers à connaître un succès à un haut niveau. Mais bien qu’ils aient obtenu le respect de leurs pairs et l’admiration émerveillée des spectateurs, il y avait des barrières à leur succès, un barrage de couleur bloquant leur chemin. Néanmoins, ces hommes et ces femmes noirs courageux ont persévéré, et, ce faisant, ont préparé la voie pour les générations futures.

    "https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/media/59201294-dbe8-482f-b464-585f218993eb.png" // resources/views/front/categories/view.blade.php
    
    https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/media/59201294-dbe8-482f-b464-585f218993eb.png Les athlètes canadiens noirs pionniers
  • Article

    Les Canadiens noirs et la conscription pendant la Première Guerre mondiale

    En 1917, le gouvernement canadien a adopté la Loi du service militaire, qui voulait que tous les citoyens masculins (âgés de 20 à 45 ans) soient soumis à la conscription. Alors que la Première Guerre mondiale (de 1914 à 1918) s’éternisait, le Corps expéditionnaire canadien (CEC) avait désespérément besoin de renforts parce que le nombre de volontaires s’était presque tari. Plus tôt durant cette guerre, les volontaires noirs avaient fait face à de la résistance et de l’opposition envers leurs efforts de s’enrôler. Cependant, les Canadiens noirs n’ont pas été exemptés de la conscription et au moins 350 d’entre eux ont été enrôlés dans le Corps expéditionnaire canadien. Ceux qui ont servi outre-mer ont principalement servi dans le Corps forestier canadien, bien que certains ont servi sur les lignes de front.

    "https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/media/af2cf781-9a64-49d3-ba90-98bccc45ae5a.jpg" // resources/views/front/categories/view.blade.php
    
    https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/media/af2cf781-9a64-49d3-ba90-98bccc45ae5a.jpg Les Canadiens noirs et la conscription pendant la Première Guerre mondiale
  • Éditorial

    Éditoriale: Les femmes noires dans les arts

    L'article suivant fait partie d'une exposition. Les expositions précédentes ne sont pas mises à jour. Les femmes noires sont parmi les artistes les plus innovantes du Canada. À la fois femme et personne de descendance africaine, elles sont motivées à surmonter une histoire faite de préjugés et de marginalisation. Poètes, dramaturges, cinéastes, musiciennes et artistes visuelles, les 15 femmes présentées dans cette exposition refusent de se limiter à un seul médium ou de se laisser définir par un style. À travers leur art, elles ont su prendre le pouls de cette culture multitâche et multidisciplinaire du XXIe siècle. Ainsi, Dionne Brand est une poète récipiendaire de nombreux prix, mais aussi une écrivaine, une cinéaste et une professeure accomplie. Lillian Allen pour sa part, s’est épanouie dans la poésie dub, récitant ses vers accompagnée par de la musique reggae. Comédienne, trey anthony est aussi dramaturge et cinéaste. Toutes ces femmes et plusieurs autres présentées ici-bas, sont des militantes passionnées et des représentantes engagées de leurs communautés.

    "https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/media/ee1f817b-7ddb-4e03-9a02-e51f833c78da.jpg" // resources/views/front/categories/view.blade.php
    
    https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/media/ee1f817b-7ddb-4e03-9a02-e51f833c78da.jpg Éditoriale: Les femmes noires dans les arts
  • Éditorial

    Les femmes sur les billets de banque canadiens

    L'article suivant est un éditorial rédigé par le personnel de l'Encyclopédie canadienne. Ces articles ne sont pas généralement mis à jour. Le visage de la reine Elizabeth II figure sur le billet de 20 $ depuis les huit ans du monarque; les femmes canadiennes identifiables, elles, ne sont pourtant apparues sur un billet de banque canadien qu’une seule fois. En 2004, la statue des Cinq femmes célèbres de la Colline du Parlement et de la Plaza olympique à Calgary ainsi que la médaille du Prix Thérèse-Casgrain du bénévolat figuraient au verso du billet de 50 $. Ces femmes ont été les premières Canadiennes à être illustrées sur notre monnaie. En 2011, toutefois, on les a remplacées par un brise-glace nommé en l’honneur d’un homme (voir Roald Amundsen). Le nouveau billet fait partie d’une série visant à souligner l’innovation et les réalisations techniques, série qui apporte son lot de controverse. À l’exception d’une scientifique anonyme illustrée sur le billet de 100 $ émis en 2011, et de deux femmes officières des Forces armées et une jeune fille sur le billet de 10 $ émis en 2001, les femmes canadiennes brillent par leur absence des billets canadiens. Le 8 mars 2016, Journée internationale de la femme, la Banque du Canada lance une consultation publique afin de désigner un personnage emblématique féminin à mettre en vedette sur un billet de banque publié dans la prochaine série, dont l’impression est prévue pour 2018. Plus de 26 000 personnes répondent à l’appel, envoyant leurs idées. Parmi les noms suggérés, 461 satisfont aux critères d’admissibilité. La liste est ensuite raccourcie à 12 noms, et finalement on crée une liste courte de 5 candidates. On annoncera la sélection finale le 8 décembre 2016. Mais comment en est-on arrivé là?

    "https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/media/872b7e98-03f8-4457-85b8-5657ff4e4f65.jpg" // resources/views/front/categories/view.blade.php
    
    https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/media/872b7e98-03f8-4457-85b8-5657ff4e4f65.jpg Les femmes sur les billets de banque canadiens
  • Éditorial

    Éditorial : L’arrivée des loyalistes noirs en Nouvelle-Écosse

    L'article suivant est un éditorial rédigé par le personnel de l'Encyclopédie canadienne. Ces articles ne sont pas généralement mis à jour. « La liberté et une ferme. » La promesse est attrayante pour des milliers d’Afro-Américains qui se sont battus dans des régiments britanniques lors de la Révolution américaine (1775-1783) et qui cherchent à fuir l’esclavage. Suivant la guerre, ils se joignent à des dizaines de milliers de loyalistes, des réfugiés américains s’étant battus aux côtés des Britanniques. Entre 80 000 et 100 000 loyalistes en viennent à fuir les États-Unis. Près de la moitié d’entre eux se rendent en Amérique du Nord britannique. Les vagues principales arrivent en 1783 et 1784. Le territoire qui comprend aujourd’hui les provinces maritimes devient le domicile de plus de 30 000 loyalistes. Les colons décident alors de s’installer principalement sur les côtes de la Nouvelle-Écosse, au Cap-Breton et à l’Île-du-Prince-Édouard (alors nommée l’Île-Saint-Jean).

    "https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/media/be13527b-b76d-408a-afca-30acbd4f7bfc.png" // resources/views/front/categories/view.blade.php
    
    https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/media/be13527b-b76d-408a-afca-30acbd4f7bfc.png Éditorial : L’arrivée des loyalistes noirs en Nouvelle-Écosse
  • Article

    George Morton et la lutte pour le combat: volontaires noirs durant la Première Guerre mondiale

    L’archiviste Barbara M. Wilson analyse l’importance d’une lettre adressée à sir Sam Hughes par George Morton, un défenseur des droits civiques, originaire de Hamilton, en Ontario, qui exerçait le métier de coiffeur et de facteur. Dans sa lettre, datée du 7 septembre 1915, il demande au ministre de la Milice et de la Défense pourquoi les membres de la communauté noire ont été refoulés lorsqu’ils ont tenté de s’enrôler pour servir dans le Corps expéditionnaire canadien pendant la Première Guerre mondiale. (See also Volontaires noirs dans le Corps expéditionnaire canadien.)

    "https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/media/1110b60d-adfe-4989-b17d-45c0d12d2438.jpg" // resources/views/front/categories/view.blade.php
    
    https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/media/1110b60d-adfe-4989-b17d-45c0d12d2438.jpg George Morton et la lutte pour le combat: volontaires noirs durant la Première Guerre mondiale

Aider L'Encyclopédie canadienne

L'Encyclopédie canadienne est un projet de Historica Canada, un organisme de bienfaisance non partisane, qui se consacre à mieux faire connaître aux Canadiens leur pays. Nous produisons également les Minutes du patrimoine et d'autres programmes. Si vous croyez que tous les Canadiens devraient avoir accès à de l'information exacte, impartiale et des mises à jour régulières sur l'histoire et la culture du Canada dans les deux langues officielles, veuillez envisager de faire un don dès aujourd'hui. Tous les dons de plus de 3 $ recevront un reçu d’impôt.

A propos