Naviguer "Femmes"

Afficher 21-40 de 70 résultats
Article

Enseignants en milieu rural au Canada

Jusqu’à la seconde moitié du XIXe siècle, la plupart des enseignants en milieu rural au Canada étaient en fait de jeunes enseignantes, mal payées qui détenaient des qualifications professionnelles des plus limitées. Elles fournissaient à des milliers d’enfants vivant en zone rurale une éducation rudimentaire, souvent dans des conditions difficiles. En outre, jusqu’aux années 1960, en dehors des zones urbaines, les enseignants faisaient souvent la classe à des élèves appartenant à des groupes d’âge différents, dotés de capacités scolaires variées, dans le cadre d’écoles composées d’une pièce unique dont ils assuraient d’ailleurs souvent eux mêmes l’entretien.

Article

Féminismes autochtones au Canada

À la base, les féminismes autochtones examinent la façon dont le genre et les conceptions du genre influencent la vie des peuples autochtones, historiquement et aujourd’hui. Les approches féministes autochtones remettent en question les stéréotypes sur les peuples autochtones, le genre et la sexualité, ainsi que la manière dont ils sont présentés en politique, dans la société et dans les médias. Les féminismes autochtones offrent des cadres d’apprentissage et de compréhension de ces questions et d’autres enjeux sans égard au sexe ou à l’origine ethnique d’une personne.

Article

Helen (Ma) Armstrong

Helen Armstrong (née Jury), surnommée « Ma », militante syndicale, militante des droits des femmes (née le 17 juin 1875 à Toronto, en Ontario; décédée le 17 avril 1947 à Los Angeles, en Californie). Helen Armstrong était une militante syndicale qui, tout au long de sa vie, s’est battue pour les droits des femmes de la classe ouvrière. Elle a dirigé la ligue ouvrière féminine de Winnipeg et a été une figure centrale de la grève générale de Winnipeg de 1919. Elle a fait campagne en faveur des syndicats, de l’institution d’un salaire minimum et de la sécurité sociale, et contre la conscription. Elle a été arrêtée, pour ses activités militantes, à au moins trois reprises, dont deux au cours de la grève générale de Winnipeg. L’historienne Esyllt Jones en parle comme d’une exception dans un mouvement syndical dominé par les hommes.

Article

Helen Mamayaok Maksagak

Helen Mamayaok Maksagak, C.M., politicienne, fonctionnaire, chef de communauté (née le 15 avril 1931 à Bernard Harbour, dans les Territoires du Nord-Ouest [Nunavut] ; décédée le 23 janvier 2009 à Cambridge Bay, au Nunavut). Helen Mamayaok Maksagak est la première femme et la première Inuk à servir à titre de commissaire des Territoires du Nord-Ouest. Fervente défenderesse des affaires des Inuits, elle contribue à la création du Nunavut, le troisième territoire canadien, dans les années 1990. En mars 1999, elle devient la première commissaire du Nunavut, territoire nouvellement créé ; son mandat prend fin en mars 2000. Elle revient à un rôle politique traditionnel en novembre 2005 quand elle est nommée sous-commissaire du Nunavut. En plus de sa carrière politique, elle s’acquitte d’un travail de défense, se concentre sur les initiatives des Inuits et, plus généralement, des initiatives autochtones, comme l’amélioration de l’accès aux services sociaux.

Article

Infirmières de la Croix-Noire au Canada

Les infirmières de la Croix-Noire est un groupe auxiliaire destiné aux membres féminins de la Universal Negro Improvement Association (UNIA). Ce groupe est calqué sur les infirmières de la Croix-Rouge. Le premier chapitre est lancé à Philadelphie en mai 1920. Sous la direction de Henrietta Vinton Davis, les infirmières de la Croix-Noire deviennent rapidement l’un des groupes auxiliaires les plus populaires et les plus emblématiques de la UNIA. Puisqu’ils offrent un espace sécuritaire et invitant pour la communauté noire, les locaux de la UNIA deviennent d’importants lieux culturels dans plusieurs villes partout au Canada, où des divisions des infirmières de la Croix-Noire sont mises sur pied. Même si elles n’ont pas suivi de formation professionnelle, les infirmières de la Croix-Noire doivent offrir des soins et des conseils en matière de santé et d’hygiène.

Entrevue

Interné au Canada: une entrevue avec Pat Adachi

Pat Adachi, fille d’immigrants japonais, naît et grandit à Vancouver. Elle passe son enfance et son adolescence au cœur du quartier de Little Tokyo, à quelques encablures du terrain où son père l’emmène le dimanche voir son équipe de baseball préférée, l’Asahi de Vancouver. Avec sa famille, elle mène une vie normale jusqu’à ce que sa communauté soit déracinée en 1942 lorsque le gouvernement fédéral ordonne le regroupement des Canadiens d’origine japonaise dans des camps d’internement répartis dans les régions rurales de la Colombie‑Britannique (voir Internement des Canadiens d’origine japonaise).

Dans cette entrevue, Pat Adachi raconte son histoire et évoque ce qu’ont vécu les 22 000 Canadiens d’origine japonaise internés au Canada durant la Deuxième Guerre mondiale.

Cette entrevue a été revue pour en adapter la longueur et pour la clarté du propos.

Article

Irene Parlby

Mary Irene Parlby (née Marryat), députée provinciale de l’Alberta (1921-1935), défenseure des droits des femmes et activiste (née le 9 janvier 1868 à Londres, au Royaume-Uni; décédée le 12 juillet 1965 à Red Deer, en Alberta). Irene Parlby, membre de l’Assemblée législative de l’Alberta pendant 14 ans, est la première femme de l’Alberta – et la seconde dans tout l’Empire britannique – à être nommée à un poste ministériel. Au nombre des « Cinq femmes célèbres » interjetant appel dans l’affaire « personne », Irene Parlby défend avec ferveur les droits des femmes. Tout au long de sa carrière de militante et de législatrice, elle s’efforce d’améliorer la qualité de vie des femmes rurales et des enfants. Irene Parlby est la première femme à recevoir un doctorat de l’Université de l’Alberta.

Article

Isabel Macneill

Isabel Janet Macneill, O.C., OBE, officier naval et superviseure de système correctionnel (née le 4 juin 1908 à Halifax, en Nouvelle-Écosse; morte le 18 août 1990 à Mill Village, en Nouvelle-Écosse). Isabel Macneill a été une des premières femmes à occuper des postes de direction non conventionnels, la première femme à devenir commandant d’un navire de la marine dans le Commonwealth britannique, et la première femme surintendante de prison au Canada.

Article

Jean Lumb

Jean Bessie Lumb (née Toy Jin Wong), C.M., dirigeante communautaire, restauratrice (née le 30 juillet 1919 à Nanaimo, en Colombie Britannique; décédée le 17 juillet 2002 à Toronto, en Ontario). Jean Lumb a été la première Sino Canadienne et la première restauratrice intronisée dans l’Ordre du Canada. Elle est notamment connue pour ses succès comme lobbyiste auprès du gouvernement fédéral en vue de modifier les politiques d’immigration discriminatoires canadiennes ayant abouti à la séparation des familles chinoises. Elle a également dirigé le comité Save Chinatown, qui cherchait à empêcher la poursuite des démolitions dans le quartier chinois de Toronto dans les années 1960.

Article

Judith Jasmin

Judith Jasmin, journaliste, comédienne et réalisatrice (née le 19 juillet 1916 à Terrebonne, au Québec; décédée le 20 octobre 1972 à Montréal). Véritable pionnière du journalisme au Québec, Judith Jasmin est aussi la première Canadienne à avoir fait sa marque comme grand reporter et comme correspondante à l’étranger. Elle a également été la première à faire du journalisme politique et international.

Article

Jully Black

Jully Ann Inderia Gordon, chanteuse, compositrice, actrice, femme de télévision (née le 8 novembre 1977 à Toronto, en Ontario). Auteure‑compositrice‑interprète de musique R&B et soul, surnommée la « reine du R&B » au Canada, Jully Black est lauréate de nombreux prix. En 2013, CBC Music la nomme dans sa liste des 25 plus grands interprètes canadiens de tous les temps. Sa voix rauque d’alto parfaitement reconnaissable suscite des comparaisons avec Tina Turner et Amy Winehouse. Son album Revival (2007) est certifié or au Canada et remporte le prix Juno du Meilleur enregistrement R&B et soul de l’année. Elle écrit des chansons entre autres pour Destiny’s Child, Nas, Sean Paul et Missy Elliot, et crée sa propre maison d’enregistrement, de gestion et d’édition. Jully Black monte sur scène dans une production torontoise de la pièce de trey anthony « da Kink in my Hair, ainsi que dans la pièce Caroline, or Change de Tony Kushner et Jeanine Tesori. Elle est aussi très populaire en tant qu’animatrice à la télévision et juge invitée.

Article

Justine Lacoste-Beaubien

Justine Lacoste-Beaubien, C.B.E., fondatrice et administratrice de l’Hôpital Sainte-Justine (née le 1er octobre 1877 à Montréal, Québec; décédée le 17 janvier 1967 à Montréal). Gestionnaire chevronnée, elle préside le conseil d’administration de l’Hôpital Sainte-Justine de 1907 à 1966 et réalise le projet de faire de cet hôpital un centre universitaire d’études et de recherches affilié à l’Université Laval à Montréal (aujourd’hui l’Université de Montréal). De 1950 à 1957, elle fait construire sur le chemin de la Côte-Sainte-Catherine un hôpital à la fine pointe de la technologie au service des enfants malades. Plus de 100 ans après sa fondation, le Centre hospitalier universitaire (CHU) Sainte-Justine est le plus grand centre mère-enfant au pays et le seul établissement au Québec voué exclusivement à la pédiatrie et à l’obstétrique.

Article

k.d. lang

k.d. lang (Kathryn Dawn). Auteure-compositrice-interprète (Edmonton, 2 novembre 1961). LL.D. h.c. (Alberta) 2008.

Article

Kathleen Wynne

Kathleen O’Day Wynne, vingt-cinquième première ministre de l’Ontario (de 2013 à 2018), députée provinciale de 2003 au présent, conseillère scolaire, militante communautaire, médiatrice et enseignante (née le 21 mars 1953 à Toronto en Ontario). Kathleen Wynne s’est appuyée sur ses compétences de médiatrice et sur sa grande détermination pour faire avancer sa carrière politique et devenir la première femme à occuper les fonctions de premier ministre de l’Ontario et le premier chef de gouvernement au Canada ouvertement homosexuel.

Article

Kay Livingstone

Kathleen (Kay) Livingstone (née Jenkins), organisatrice et militante, animatrice radio, actrice (née le 13 octobre 1919 à London, en Ontario; décédée le 25 juillet 1975). En 1951, Kay Livingstone fonde la Canadian Negro Women’s Association et en 1973, elle organise le premier congrès des femmes noires du Canada. Animatrice radio et actrice de renom, Kay Livingstone dévoue une bonne partie de sa vie et de son énergie au militantisme et à l’organisation. Son travail acharné pour encourager la tenue d’une discussion nationale autour de la position des citoyens racialisés dans la société, en particulier des femmes noires, pousse Kay Livingstone à inventer l’expression minorité visible en 1975.

Article

Les femmes canadiennes et la guerre

Tout au long de son histoire, y compris à l’époque coloniale, le Canada prend part à de nombreux conflits, dont les effets se font sentir chaque fois d’une manière différente sur les femmes du pays. Les femmes participent activement à l’effort de guerre, que ce soit en tant qu’infirmières et ouvrières d’usines d’armement pendant la Première et la Deuxième Guerre mondiale, ou encore en s’engageant toujours en plus grand nombre au sein des Forces armées canadiennes.

Article

Les femmes et la Loi sur les Indiens

Depuis sa promulgation en 1867, la Loi sur les Indiens a eu des conséquences importantes sur les cultures, les systèmes de gouvernance, les sociétés et les modes de vie autochtones. Elle contenait, en outre, des dispositions discriminatoires défavorisant plus particulièrement les femmes des Premières Nations. Jusqu’en1985, les femmes qui avaient un statut d’Indienne et qui épousaient des hommes non dotés de ce statut perdaient leurs droits liés à leur statut. En revanche, la réciproque n’était pas vraie, les hommes ne perdant pas leur statut en épousant des femmes qui n’en détenaient pas. S’il est vrai que le projet de loi C‑31 a rétabli, en 1985, les droits liés au statut de nombreuses femmes, il n’en demeure pas moins que la Loi, continuant à privilégier les lignées masculines, conservait son caractère discriminatoire. En 2011 et en 2017, des amendements ont été apportés à la Loi, en vue de résoudre ces problèmes. En 2019, le gouvernement fédéral a fait entrer en vigueur le restant du projet de loi S‑3, visant à remédier aux inégalités discriminatoires à l’égard des femmes qui persistaient dans la Loi sur les Indiens. (Voir aussi Questions relatives aux femmes autochtones.)