Naviguer "Peuples autochtones"

Afficher 81-100 de 258 résultats
Article

Île de la Tortue

Certains peuples autochtones désignent le continent de l’Amérique du Nord sous le nom d’Île de la Tortue. Ce nom dérive de différentes histoires orales autochtones faisant allusion à une tortue tenant le monde sur son dos. Pour certains peuples autochtones, la tortue est ainsi considérée comme un symbole de vie, et l’histoire de l’Île de la Tortue est rattachée à plusieurs croyances spirituelles et culturelles.

Article

Incident du lac Gustafsen

L’incident du lac Gustafsen est un conflit entre un petit groupe d’Autochtones participant à une danse du soleil et la Gendarmerie royale du Canada (GRC). L’incident a duré un mois (du 18 août au 17 septembre 1995). Il s’est déroulé dans le centre de la Colombie-Britannique, dans le territoire des Secwepemcs (Shuswap), près de 100 Mile House. Provoquée par une dispute entre un propriétaire de ranch local et un camp de danseurs, au sujet de l’accès à un terrain privé pour des cérémonies, la confrontation armée a soulevé des questions plus fondamentales sur les droits territoriaux des Autochtones en Colombie-Britannique. Le 11 septembre 1995, dans ce qu’on appellera plus tard la plus grande opération paramilitaire de l’histoire de la province, la GRC a entouré le camp et une fusillade a éclaté, pendant laquelle, par miracle, personne n’a été gravement blessé. L’incident du lac Gustafsen est sans doute le moins connu parmi une série de conflits armés localisés mettant en cause les peuples autochtones au cours des années 1990, notamment les crises d’Oka et d’Ipperwash, au Québec et en Ontario, respectivement.

Article

Indien

Le terme « Indien » est désormais considéré comme obsolète et offensant ; toutefois, on y a historiquement eu recours pour désigner les peuples autochtones en Amérique du Sud, centrale et du Nord. Au Canada, le terme « Indien » a également un sens légal. Il a en effet été utilisé pour désigner les identités légalement définies par la Loi sur les Indiens, notamment le statut d’Indien inscrit. Pour beaucoup d’Autochtones, le terme « Indien » confirme leur ascendance et protège leur relation historique avec la Couronne et le gouvernement fédéral. Pour d’autres, les dispositions de la Loi sur les Indiens ne définissent pas leur identité.

collection

Inuit

Cette collection étudie la culture, l’histoire et la société inuites au moyen d’expositions, d’images, de vidéos et d’articles. Ces sources illustrent également l’importance des terres de l’Arctique, des animaux et de l’environnement pour l’identité inuite et la vie dans le Nord.

Article

Inuits

Les Inuits (« le peuple » en inuktitut) sont un peuple autochtone dont la majorité habite dans les régions nordiques du Canada. On utilise le mot « Inuk » lorsqu’on parle d’une seule personne du peuple inuit. La patrie inuite est appelée Inuit Nunangat et fait référence à la terre, à l’eau et à la glace des régions de l’Arctique.

Article

Inuits d'Ungava

Le terme ungava, qui signifie « vers les eaux libres », est utilisé pour désigner la bande inuite établie à l'embouchure de la rivière Arnaud (Payne). Les frères Moraviens, qui ont fondé des missions chez les INUITS DU LABRADOR, ont nommé le territoire inuit situé à l'ouest, Ungava.

Article

Inuits de Netsilik

Jusqu'à la deuxième moitié du 20ième siècle, les Netsilingmiuts sont des chasseurs nomades vivant en petits groupes de familles dont la composition fluctue: ils assurent aussi une organisation sociale simple et égalitaire.

Article

Inuksuk (inukshuk)

Un inuksuk (ou inukshuk, au pluriel : inuksuit) est un empilement de pierres ou de rochers dont la fonction est de communiquer avec les humains présents dans l’Arctique. Construits traditionnellement par les Inuits, les inuksuit font partie intégrante de la culture inuite et sont souvent mêlés à d’autres représentations du Canada et du Nord. Le drapeau du Nunavut porte un inuksuk rouge. En inuktitut, le terme inuksuk signifie « agir en tant qu’être humain ». C’est une extension du mot inuk, qui veut dire « être humain ». Des inuksuit ont été retrouvés à proximité de sites archéologiques datant de 2400 à 1800 avant notre ère dans la région du lac Mingo, au sud-ouest de l’île de Baffin. (Voir aussi Préhistoire). Les empilements de pierres qui ont la forme d’une personne sont souvent appelés inuksuk, mais leur véritablement nom est inunnguaq.

Article

Inuktitut

L’inuktitut est une langue autochtone de l’Amérique du Nord parlée dans l’Arctique canadien. Selon le recensement de 2016, elle compte environ 39 770 locuteurs, dont 65 % habitent au Nunavut et 30,8 % au Québec. L’inuktitut fait partie du vaste continuum linguistique (ensemble de dialectes) inuit allant de l’Alaska jusqu’au Groenland. L’inuktitut utilise l’écriture syllabique, un système créé à l’origine pour la langue crie et représentant des combinaisons de consonnes et de voyelles. La langue s’écrit aussi en alphabet romain, et il s’agit d’ailleurs du seul alphabet employé au Labrador et dans certaines parties de l’ouest du Nunavut. L’inuktitut est une langue polysynthétique, ce qui signifie que ses mots tendent à en être plus longs et de structure plus complexe que ceux de l’anglais ou du français.

Article

Inuvialuit

À l'origine, les Inuvialuit habitent la côte Ouest de l'Arctique canadien de l'île Barter, à l'ouest, jusqu'au cap Bathurst, à l'est, de même que la partie nord du delta du Mackenzie. Au XIXe siècle, ils sont environ 2000 et forment la population inuite la plus dense de l'Arctique canadien.

Article

Iroquoiens du Saint-Laurent

Les Iroquoiens du Saint-Laurent forment une mosaïque de nations qui occupent, entre les années 1200 et 1600 de notre ère, un vaste territoire qui s'étend le long du Fleuve Saint-Laurent, de l'embouchure du lac Ontario jusqu'en aval de la ville de Québec.