Naviguer "Industrie"

Afficher 1-15 de 15 résultats
Article

Capitalisme au Canada

Le capitalisme est un système économique dans lequel des propriétaires privés contrôlent le secteur des affaires et du commerce d’un pays pour leur gain personnel. Ce système s’oppose au communisme, selon lequel tout appartient à l’État (voir aussi Marxisme). Le Canada possède une économie « mixte » qui se situe entre ces deux extrêmes. Les trois paliers de gouvernement décident de la distribution de la richesse du pays grâce à l’imposition et aux dépenses gouvernementales.

Article

Hache de bûcheron

   Deux types de haches étaient employées au début du XIXe siècle dans l'industrie forestière de l'Est. La plus commune avait un seul tranchant en forme d'éventail, une tête étroite pesant entre 1,5 et 2,5 kg, et un manche en érable ou en caryer.

Article

Histoire du chemin de fer au Canada

Le développement des chemins de fer à vapeur au 19siècle a révolutionné les transports au Canada et a joué un rôle intégral dans l’édification du pays. Les chemins de fer ont également joué un rôle intégral dans le processus d’industrialisation, dans l’ouverture de nouveaux marchés et dans le rapprochement des régions, tout en créant une demande de ressources et de technologie. La construction de chemins de fer transcontinentaux, comme le Canadien Pacifique, a permis l’établissement de colonies dans l’Ouest, et a joué un rôle important dans l’expansion de la Confédération. Cependant, les chemins de fer ont aussi eu un effet de division, puisque le public a en alternance louangé et critiqué l’implication des gouvernements dans la construction des chemins de fer et l’ampleur des subventions offertes aux compagnies ferroviaires.

Article

Histoire du commerce du bois

Le bois est le principal produit commercial canadien pendant la plus grande partie du XIXe siècle. Alimenté par la demande européenne, le commerce du bois attire les investissements et favorise l’immigration vers l’est du Canada, contribue à l'essor économique et transforme l'environnement régional beaucoup plus radicalement que ne l'ont fait la pêche ou la traite des fourrures.

Article

Pro Pelle Cutem

Pro pelle cutem (expression latine signifiant « peau pour peau » est la devise traditionnelle de la Compagnie de la Baie d’Hudson [CBH]. Elle a été adoptée peu après que la compagnie a reçu sa charte en 1670, et a été incorporée dans les armoiries de la CBH, à part une brève période de changement d’image de marque entre 2002 et 2013.

Article

Ranch, histoire du

La région de l'avant-mont du Sud-Ouest de l'Alberta est le coeur de l'élevage à l'époque. Cette région demeure un centre de l'industrie contemporaine de l'élevage bovin.

Article

Traite des fourrures au Canada (résumé en termes simples)

La traite des fourrures a débuté au 17e siècle dans ce qui est aujourd’hui le Canada. Elle s’est poursuivie pendant plus de 250 ans. Les Européens commerçaient avec les peuples autochtones pour obtenir des peaux de castor. Cette industrie était alimentée par la forte demande en chapeaux de fourrure en Europe. La traite des fourrures est un des principaux motifs qui ont amené les Européens à explorer et coloniser le Canada. Elle est à l’origine des relations qui se sont établies entre les Européens et les peuples autochtones.

(Cet article est un résumé en termes simples de la traite des fourrures. Si vous souhaitez en savoir plus sur le sujet, veuillez consulter notre article complet: Traite des fourrures au Canada.)

Éditorial

Vancouver en vedette : La première station-service du Canada ouvre ses pompes

Les premières voitures à essence arrivent à Vancouver en 1904, mais leur nombre n’a pas beaucoup augmenté en 1907. Cette année-là, quelqu’un au bureau local d’Imperial Oil estime que faire le plein d’une voiture avec un seau et un entonnoir est un peu dangereux. C’est ainsi que naît la première station-service canadienne, équipée d’un réservoir d’eau chaude et d’un tuyau d’arrosage recyclés, sur l’aire d’entreposage de la société, au coin des rues Cambie et Smithe.

Article

Voiliers

À l'époque de la voile au Canada (1800-1875), on y construit au-delà de 4000 navires jaugeant plus de 500 t chacun. En 1878, les bateaux enregistrés sous pavillon canadien sont au nombre de 7 196 et totalisent 1 333 015 t, plaçant ainsi le Canada au quatrième rang mondial pour le tonnage maritime.