Traités numérotés (résumé en langage simple) | l'Encyclopédie Canadienne

article

Traités numérotés (résumé en langage simple)

Les traités numérotés sont une série de 11 traités. Un traité est un accord entre deux ou plusieurs nations. Les traités numérotés ont été signés par le gouvernement canadien et les peuples autochtones. Les 11 traités ont été signés entre 1871 et 1921. Les traités numérotés couvrent des parties de la Colombie-Britannique, de l’Alberta, de la Saskatchewan, du Manitoba et de l’Ontario. Ils couvrent également des parties du Yukon et des Territoires du Nord-Ouest.

Les traités ont fourni des terres au gouvernement canadien. Le gouvernement voulait des terres pour le développement industriel et la colonisation blanche. En échange, le gouvernement promettait aux peuples autochtones des droits et des avantages particuliers. Les termes de ces traités sont controversés et contestés. Les traités numérotés ont des répercussions juridiques, sociales et économiques continues sur les communautés autochtones. (Voir aussi Traités avec les peuples autochtones au Canada.)

Le Traité de la baie James (Traité no 9), 1905.

Liste des traités numérotés

Le tableau suivant présente la liste des traités numérotés et les années où ils ont été signés. Cliquez sur les traités nos 1 à 11 pour en savoir plus sur ces accords spécifiques.

Numéro du traité

Année du traité

Traité no 1

1871

Traité no 2

1871

Traité no 3

1873

Traité no 4

1874

Traité no 5

1875

Traité no 6

1876

Traité no 7

1877

Traité no 8

1899

Traité no 9

1905

Traité no 10

1906

Traité no 11

1921


Contexte historique

Après la Confédération, le gouvernement canadien veut s’étendre vers l’ouest. Il veut les terres de la Compagnie de la Baie d’Hudson (CBH). Cela comprend la Terre de Rupert et le Territoire du Nord-Ouest. Ces terres sont des sources de ressources naturelles précieuses et de vastes espaces. Elles peuvent être utilisées pour l’immigration européenne. Elles peuvent également être utilisées pour des développements industriels et commerciaux. À l’époque, de nombreux politiciens canadiens craignent que les États-Unis prennent ces terres si le Canada ne le fait pas. (Voir aussi Destinée manifeste.) En 1870, le gouvernement canadien obtient la Terre de Rupert et le Territoire du Nord-Ouest.

Un accord est conclu avec la CBH pour la cession de ces terres. Dans cet accord, le Canada accepte de traiter toutes les revendications autochtones sur ces terres. Le gouvernement prévoit de négocier des traités avec les peuples autochtones pour ces terres. Le gouvernement utilise les traités Robinson de 1850 comme modèle pour les nouveaux traités. Les 11 traités numérotés sont signés entre 1871 et 1921. Ces traités donnent au gouvernement le contrôle des terres. En retour, les peuples autochtones se voient promettre des biens, des terres de réserve, des paiements annuels et des droits de chasse et de pêche. (Voir aussi Territoire autochtone.)

Pourquoi le Canada a-t-il signé les traités?

Le gouvernement canadien signe les traités pour avoir accès aux terres autochtones. Chacun des traités présente des avantages différents pour le gouvernement canadien.

Les traités nos 1 à 7 garantissent la revendication du Canada sur les terres situées au nord de la frontière canado-américaine. Ils permettent la construction du chemin de fer du Canadien Pacifique. Ils ouvrent également les terres des Territoires du Nord-Ouest à la colonisation agricole.

Les traités nos 8 à 11 permettent au gouvernement d’accéder plus facilement aux ressources naturelles du nord du Canada. Les traités ouvrent l’Ouest à la colonisation. Ils assurent également une liaison entre la Colombie-Britannique et le centre du Canada.

Les traités numérotés sont utilisés pour assimiler les peuples autochtones à la société canadienne. Le gouvernement veut que les peuples autochtones adoptent les valeurs et les comportements des colons blancs. Par exemple, les traités encouragent les techniques agricoles et les modes de peuplement des Européens. Les agents des Indiens veillent à ce que les politiques gouvernementales soient respectées dans les réserves. Les agents des Indienssont des représentants du gouvernement canadien dans les réserves, des années 1830 aux années 1960. D’autres politiques d’assimilation comprennent la Loi sur les Indiens et le système de laissez-passer.

Pourquoi les peuples autochtones ont-ils signé les traités?

De nombreuses nations autochtones différentes signent les traités numérotés. Chaque nation autochtone a sa propre raison de signer ces traités. Dans les plaines, de nombreux peuples autochtones souffrent de la destruction des économies traditionnelles. Le bison, chassé à outrance par les colons, s’est éteint. Le bison a fourni aux peuples autochtones de la nourriture et des matériaux pour fabriquer des vêtements, des outils et d’autres biens. Certains chefs autochtones ont signé les traités pour éviter que la faim et la famine ne s’aggravent. Selon certains Autochtones, les traités étaient un moyen d’améliorer une situation difficile.

Les chefs autochtones ne sont pas tous satisfaits des conditions des traités. Par exemple, le chef des Cris des Plaines, Mistahimaskwa (Big Bear), a refusé de signer le traité no 6 en 1876. Il craint que son peuple ne perde sa liberté. De nombreux peuples autochtones ont l’impression que leurs préoccupations ne seront pas prises au sérieux par le gouvernement canadien. Ils ont l’impression qu’ils ont plus à perdre qu’à gagner dans cette situation. Certains chefs signent les traités parce qu’ils ne voient aucune autre option.


Différentes interprétations

Il existe différentes interprétations des traités. Ces différences ont donné lieu à des différends entre le gouvernement canadien et les peuples autochtones.

Certains affirment que les chefs autochtones ne comprenaient pas qu’ils cédaient leurs terres. Le concept de propriété foncière est différent dans les visions du monde européenne et autochtone. Les Autochtones ont pu interpréter les traités comme des moyens de partager la terre, et non de la posséder. Des erreurs de traduction peuvent également être à l’origine de malentendus.

Certains Autochtones affirment que le gouvernement n’a pas tenu ses engagements verbaux. Il s’agit de promesses qui n’étaient pas nécessairement écrites. Elles sont connues sous le nom de « promesses en dehors ».

Impacts et importance

Paying Treaty

Les traités numérotés ont eu des répercussions juridiques, sociales et économiques à long terme sur les peuples autochtones. La création de réserves et d’autres politiques d’assimilation ont affecté le mode de vie des Autochtones. Les différends en cours concernant les termes des traités ont donné lieu à des revendications territoriales modernes.

Malgré les lacunes du processus d’élaboration des traités, les traités numérotés sont importants. Ils ont contribué à orienter les relations entre le gouvernement canadien et les peuples autochtones. Ils fournissent un contexte de responsabilités et de droits mutuels. À mesure que les revendications territoriales modernes sont résolues, le gouvernement et les dirigeants autochtones travaillent ensemble à l’amélioration de la vie des peuples autochtones.

Aider L'Encyclopédie canadienne

L'Encyclopédie canadienne est un projet de Historica Canada, un organisme de bienfaisance non partisane, qui se consacre à mieux faire connaître aux Canadiens leur pays. Nous produisons également les Minutes du patrimoine et d'autres programmes. Si vous croyez que tous les Canadiens devraient avoir accès à de l'information exacte, impartiale et des mises à jour régulières sur l'histoire et la culture du Canada dans les deux langues officielles, veuillez envisager de faire un don dès aujourd'hui. Tous les dons de plus de 3 $ recevront un reçu d’impôt.

A propos